Subscribe By RSS or Email

22 avril 2017

Vive l’abstention ! la panacée empoisonnée du « devoir civique »

Entre la perspective d’une arrivée au second tour, et en tête des suffrages, de la candidate du Front National, de la déliquescence des partis dits « de gouvernement » de droite et de gauche, et celle d’un taux d’abstention record, supérieur même au record de l’élection présidentielle de 2002, celle de 2017  représente une Ve République en bout de course. Non seulement le système politique français montre-t-il des signes évidents de fatigue, mais en plus ces signes n’ont pas l’air d’être exceptionnels. Nous semblons coincées entre la « montée des populismes » qui a vu Donald Trump arriver au pouvoir, Recep Tayyip Erdogan confirmer son statut autocratique et autoritaire, le Royaume-Uni suivre la branche la plus droitière de leur aile conservatrice, et les mouvements d’extrême-droite germer de nouveau dans la plupart des systèmes représentatifs à l’échelle mondiale. La démocratie représentative libérale est – selon un registre pathologique fréquemment employé – malade de ses franges, petit à petit rongée par les mêmes institutions qui étaient censées en faire le « pire des systèmes à l’exception de tous les autres ».

Face à cet état de fait les propositions de réformes fleurissent : hypothétique VIe République, mouvements sociaux de masse, (re)découverte d’idéologies « radicales » et inventions d’alternatives… alors même que les institutions traditionnelles des démocraties représentatives s’effritent dans une pantomime grossière, il est difficile de considérer que l’on assiste à autre chose qu’à une mobilisation et une politisation intensives de groupes entiers de la population que l’on voyait encore il y a peu voués aux vitupérations de représentants démagogues ou à l’apathie du divertissement de masse.

Dans ces groupes – marginaux, souvent autonomes, fortement minoritaires peut-être, mais existant – l’appel du bulletin et de l’urne n’a pas été scandé. Pire, à la manière d’Antoine Peillon, journaliste originairement bien éloigné des pensées « radicales », un nombre croissant de voix se structure pour appeler qui au vote blanc, qui au boycott électoral, décriant l’élection en général ou l’élection de 2017 en particulier comme des procédures fondamentalement perverses et inefficace au bon gouvernement de la chose publique. Le propos n’est pas neuf, et le titre de l’essai de Peillon, « Voter, c’est abdiquer », fait d’ailleurs référence à l’ancienne lettre envoyée par Elisée Reclus à Jean Grave en 1885. Le boycott électoral a été proposé dans un ensemble atomisé de groupes tout au long du XXe siècle, et nous ne sommes qu’à l’aube de la redécouvertes des pensées qui, pour ne pas être antidémocratiques (c’est bien souvent l’inverse), ne font pas pour autant du vote autre chose qu’une procédure imparfaite, inefficace, ou surannée.

La proposition ne fait pas consensus : pour tout appel favorable à l’abstention engagée ont été énoncés autant d’appels au vote, que celui-ci soit vu comme une forme supérieure de citoyenneté, comme un devoir moral ou politique, ou comme un barrage face à ce qui semble être l’inexorable montée d’un parti réactionnaire, xénophobe, sexiste, et conservateur. Les appels à l’abstentionnisme sont dans ce cadre-là vus comme au mieux un retrait, au pire une collaboration, face au pire. Et, portés sans doute par le lyrisme conféré par le statut de personnalités publiques, ou par un authentique souci du résultat, d’aucuns se sentent le droit de décréter d’un trait de plume que les abstentionnistes sont à peu de choses près le problème central dans le système politique. Ainsi du grand penseur Raphaël Enthoven qui, en 2015, s’exclamait devant un taux d’abstention de près de 50% que « [Les abstentionnistes] sont des feignants et des ingrats qui négligent les acquis que d’autres ont payé de leur vie, des gagnes-petit qui veulent des droits sans devoirs, des malhonnêtes, qui brandissent la nullité des politiques opportunément pour justifier leur flemme » (ayant longtemps risqué sa vie pour lutter contre l’injustice, le grand penseur a des leçons à donner). Passons sur les injonctions moralistes de la droite, qui nous importent peu. L’on retrouve ces mêmes injonctions à gauche, avec parfois tout autant d’hypocrisie, voire de violence. Ainsi le cas également des intellectuels Edouard Louis et Geoffreoy de Lagasnerie qui, le 16 avril 2017, expliquent que « l’abstention dans le contexte de cette élection serait une attitude vide et petit-bourgeoise (…) le contraire d’un geste radical ». Très bien.

Le débat idéologique, et la dissension qu’il implique, ont toujours été des moteurs, et pas des défauts de la gauche. Plutôt donc que d’entrer dans une compétition d’anathèmes visant à traiter qui de traître, qui de feignant, et qui de petit-bourgeois, nous voulons proposer de faire véritablement débat sur le sujet. Nous partons du principe que le sujet est suffisamment posé, par suffisamment de monde, et de façon suffisamment notable pour valoir la peine que l’on s’y penche autrement que par des injures pas très bien tournées, ou du mépris. Mieux : nous pensons qu’à ne pas prendre le sujet au sérieux, on ne peut en fin de compte que contribuer aux développement de ce que l’on a appris à voir comme des « pathologies » démocratiques.

Ici nous allons donc cerner les contours de l’abstention et du vote « par devoir », du vote « utile » ou du vote « comme réflexe citoyen ». Si nous n’entendons pas clore une fois pour toute le débat, nous pensons qu’il peut être sérieusement tenu. Nous ne nous cachons pas d’avoir actuellement une préférence pour l’abstention engagée, le boycott de l’élection et, dans une moindre mesure, le vote blanc. Le sujet est sérieux : traitons-le comme il mérite d’être traité.

Fragments du discours anti-abstentionniste

Mardi 8 novembre 2016. Après de longues heures à regarder la carte des États-Unis gagner peu à peu la couleur du parti Républicain, Donald Trump finit par remporter ses 270 grands électeurs et le frémissement est international. Catastrophés, les prédicteurs de la victoire démocrate tournent et retournent les sondages des semaines passées, en quête de réponse. Il y a peu de doute: la faute est à mettre sur le compte des abstentionnistes.

Par un jeu de superposition, nous nous retrouvons à regarder nos pieds en France, sur fond de « montée de l’abstention » toute relative pour ce qui est de l’élection présidentielle, celle-ci fluctuant en réalité selon les élections. Cela fait néanmoins plusieurs années que les chiffres de l’abstention sont scrutés, disséqués et pointés du doigt comme une des principales causes de la montée de l’extrême droite. Marronnier des périodes électorales toutes confondues, elle serait la raison désignée d’un système démocratique en capilotade, et des analystes de divers horizons la corrèlent volontiers à ce qui est perçu comme une dépolitisation globale de la population : l’absence de vote traduirait donc mécaniquement un désintérêt du politique.

Pour ses plus grands adversaires, politiques comme polémistes, la cause de l’abstention serait principalement une fâcheuse tendance à l’insouciance, requalifiée parfois comme de l’irresponsabilité politique face à de glorieux ancêtres morts pour le droit de vote. Il tiendrait alors de notre devoir républicain de nous porter garantes du bon fonctionnement de la démocratie en allant déposer nos bulletins dans l’urne. Les discours d’injonction au vote fleurissent alors en période électorale : la plupart, immanquablement moralistes, se basent sur le fantasme de ces morts (fictives) pour le droit de vote, et des mythologies sublimes de l’histoire de notre démocratie nous sont professées pour nous conduire à l’isoloir. Sans pour autant occulter les luttes, souvent douloureuses, des suffragettes et des colonisés français pour obtenir l’égalité de leurs droits, il conviendrait de rappeler que les martyrs du vote n’existent que dans la bouche de ceux qui défendent ardemment les logiques électoralistes. L’on peut réaffirmer en effet la fausseté de ce cliché et le déclarer nettement: non, personne n’est mort en France « pour le droit de vote ».

En plus de se faire l’expression d’une ingratitude insolente envers notre héritage civique, pour ceux tendant à rapprocher le vote à ce qui ressemble curieusement à une sorte « devoir de mémoire », l’abstention se voit régulièrement traitée comme la simple manifestation d’un désœuvrement politique. À l’inverse, pour d’autres, c’est l’extrémisme politique dont feraient preuve les pratiquants du boycott électoral qui doit être rejeté. Cette autre figure – plus fréquente à gauche – de la « dénonciation de l’irresponsabilité » des non-votants, nous la retrouvons dans la formule de Louis et Lagasnerie sur le renvoi de l’abstention à une « attitude petit-bourgeoise ». Attardons-nous sur le propos une fois passé le lieu commun qui permet aux avant-gardes revendiquées de renvoyer à la « petit-bourgeoisie » toute attitude politique ou militante qu’elles n’ont pas précédemment ointes. Nous n’avons aucun intérêt aux batailles de labels, et préférons laisser de côté les débats puérils visant à établir qui est le véritable petit bourgeois et qui est le ou véritable radical(e). Le calcul de Louis et Lagasnerie, qui peut être défendu, consiste à valoriser comme « acte radical » un choix tactique au demeurant honorable : il faut pour les auteurs voter pour rendre le monde un peu moins mauvais pour les autres – l’abstention étant fondamentalement égoïste -, et du reste le vote n’est pas une adhésion à l’ensemble du programme proposé.

Il y a beaucoup à en dire. Commençons par la fin : oui, dans la Ve République, voter pour un candidat à la présidence de la République consiste à donner le blanc-seing à l’intégralité des mesures proposées. Mieux encore : voter pour un candidat à la présidence de la République revient à s’affilier à l’ensemble du programme virtuel de l’élu, c’est-à-dire aux mesures prises « au cours des circonstances », dans l’urgence, sans que quiconque d’autre que le souverain ait à être véritablement consulté.

En 2012, le calcul consistant à tactiquement rendre le monde moins mauvais a été suivi. C’est à la suite de ce calcul qu’un train de mesures austéritaires a été adopté, pendant que l’on discutait pour savoir si les coupes d’impôts et les subventions aux entreprises, sur fond de précarisation du travail, étaient de la « vraie austérité » ou seulement du « sérieux budgétaire ». Or, fait qui devient de plus en plus net à mesure que le temps passe, de telles dynamiques ne sont pas liées au choix des individus, comme le veut une pensée typiquement gaulliste : au lieu de consacrer ses maigres énergies à la quête d’un président idéal de toute façon imaginaire, peut-être que l’on pourrait organiser la production d’une alternative efficace, et donc qui pourrait effectivement à terme « rendre le monde moins mauvais ». En quoi est-il « petit-bourgeois » d’analyser factuellement une situation, et d’en déduire qu’il ne vaut pas la peine de refuser des concessions à un programme insatisfaisant, au seul prétexte de l’unité ?

Un autre aspect de cette critique qui nous paraît irrecevable est sa dimension au mieux élitiste, au pire paternaliste : elle suppose que l’abstentionnisme, engagé du moins, serait forcément le fait de groupes sociaux n’ayant rien à perdre dans l’élection de candidats conservateurs. Cet argument est un vieux classique de la rhétorique de la responsabilité opposée à toute organisation de mouvement social un tant soit peu disruptif, par exemple les grèves, supposées « prendre en otage » les « honnêtes travailleurs » et ne pas nuire aux « vrais ennemis » que sont les capitalistes ou l’État. Les prolétaires seraient exclus d’emblée de toute action radicale, incapables de s’abstenir par choix. En vertu de quoi ? Ne se peut-il pas que la montée prétendument inexorable de l’abstentionnisme dans les classes populaires soit aussi liée à un ensemble de positions politiques, plus ou moins explicites ? Le cliché de l’abstentionniste ignorant et stupide cache la réalité d’un délitement réel de quantité d’instances de la politisation populaire, du syndicalisme révolutionnaire au travail, remplacé par une logique d’emploi dans laquelle la précarité devient une norme et toute forme d’organisation collective un « corporatisme paralysant ». Il y a de quoi, face à une société qui construit des franges entières de la population comme des « charges », des « coûts », qui « pèsent » sur les épaules des « productifs » et des « créateurs de richesse », motiver toutes les grèves électorales du monde.

Il ne s’agit pas pour nous de défendre une opinion inverse, réellement « populiste », et consistant à justifier tout ce que ferait « le peuple » simplement parce qu’il le fait. Il s’agit simplement de constater que s’il y a beaucoup de gens pour déplorer l’abstention, nombre de ces personnes semblent s’accommoder des causes de l’abstention quand celles-ci sont identifiées ailleurs que dans la « fainéantise » qui hante tant Enthoven. Pour une grande part, l’abstention n’est en effet due ni à un militantisme de fond, ni à une « flemme de gagnes-petit », mais à des causes institutionnelles et sociales, qu’elles soient administratives, matérielles ou politiques ; autant de catégories qui se croisent les unes aux autres et qui sont loin d’être mutuellement exclusives.

Il faut donc rappeler que la France serait bien avisée, avant de donner la leçon aux libertaires et aux activistes « radicaux », de garantir le droit de vote à ceux et celles dans l’incapacité de s’en saisir actuellement. Dans leur ouvrage « Les inaudibles, Sociologie Politique des Précaires », Céline Braconnier et Nonna Mayer montraient comment une population qui, du reste, était souvent mobilisée dans des discours xénophobes dans lesquels elle ne se reconnaissait pas, était maintenue de fait hors du vote. La situation matérielle des précaires est à la source d’un labyrinthe administratif causant son empêchement : instabilité géographique due à la flexibilité, ou au retour chez les parents, impossibilité de résider dans un lieu fixe, enfermement pour les détenus de tous horizons, ou le fait d’être simplement sans papiers, les difficultés d’enregistrement sur les listes électorales forment ce dédale. Pour les pauvres ou les personnes ne sachant pas où elles seront à moyen terme, s’inscrire sur les listes est d’autant plus difficile qu’une distance politique s’ajoute à la distance administrative : pour les exclus, la distance et donc la passivité à l’égard d’un monde qui n’est « pas pour les gens comme eux » est incorporée dans la socialisation primaire. Nous n’avons pas été submergées dans la rédaction de cet article d’images de Raphaël Enthoven se précipitant contre le mal-logement ou allant installer des urnes dans les prisons. Nous n’avons pas plus vu l’innombrable cohorte des appeleurs à la bonne morale démocratique, au vote obligatoire, et au respect des nobles morts du passé prendre la rue pour exiger que l’on offre à tout un chacun la possibilité d’exercer ce qui, apparemment, forme le premier pas de la citoyenneté et de la nationalité française. Nous noterons que nous avons vu les mêmes déserter et décrédibiliser le 1er Mai et le syndicalisme pour lesquelles, cette fois-ci, il y eut de véritables morts (tous les morts n’ont, visiblement, pas la même valeur).

Nous pouvons trouver dans un texte comme celui de Xavier Alberti « Lettre ouverte aux 43% » la phénoménale synthèse des admonestations anti-abstentionnistes, et la profusion de ces tribunes et billets de blog nimbés d’un lyrisme citoyen et larmoyant nous mettent face à une conception difforme de la liberté d’expression, dont l’étrange contrat n’autoriserait à formuler de contestation du politique qu’en échange d’un bulletin de vote dûment utilisé. Grosso modo, celles et ceux qui ne se sont pas rendus aux urnes n’auraient aucun droit à déplorer les résultats et encore moins les critiquer: « Ce qui se joue le 23 avril vous engage et même vous oblige. On ne peut décemment pas tourner le dos au suffrage librement offert et ensuite venir critiquer le résultat. » Nous pourrions longuement commenter cet éclatant refrain du « quand on ne fait pas on ne parle pas », dont le poids politique nous paraît un peu douteux, compte tenu que pour un certain nombre d’abstentionnistes, notre contestation du pouvoir commence dans notre refus de participation électorale – et ne s’arrête certainement pas là.

Il est particulièrement intrigant de voir que pour bon nombre de ces polémistes et commentateurs l’abstention est résumée à un silence qu’il nous faudrait assumer jusqu’au bout, à une sortie du jeu où seuls les participants encore présents auraient voix au chapitre, et n’est jamais saisie comme une réflexion contestataire ne remettant pas seulement en cause les résultats, mais bien tout l’appareil électoral (et parfois plus encore). Afin de ne pas avoir à remettre en question les modalités républicaines et sacrées de l’élection ainsi que l’équilibre institutionnel, il y a tout intérêt à ne pas présenter l’abstention comme une volonté politique de reconfiguration et à plutôt la renvoyer au rayon psychologisant du caprice ou de la bouderie.

Mais Alberti ne s’arrête pas là, et enjoint ceux qui penchent dangereusement vers le choix de l’abstention à ne pas laisser d’autres gens parler pour eux: « Ne laissez à personne le soin de parler pour vous, de crier pour vous, d’être citoyens pour vous et finalement de choisir pour vous le visage d’une France et d’une Europe que vous ne reconnaitriez plus. » Cette poésie ne manque pas de sel quand la démocratie représentative telle que la connaissons se définit déjà par un jeu de ventriloquie, nous soulageant gracieusement d’une quelconque prise de décision qui ne soit pas l’élection d’une poignée d’individus. Si nous accordons un tel prix à nos voix en période électorale c’est que nous en  sommes bien là : « les citoyens sortent un moment de la dépendance pour indiquer leur maître, et y rentrent » (Alexis de Tocqueville, De La Démocratie en Amérique, Tome 2, Livre 2, chapitre VI). Pourtant, nous pourrions voir la chose autrement, et concevoir que l’abstention ce n’est pas nécessairement « laisser d’autres choisir » ou « parler », mais bel et bien y voir une revendication résolue à ce que nous parlions pour nous, sans cérémoniel, sans hiérarchisation du pouvoir et en nos seuls noms.

Nous voyons au contraire l’abstention comme une réaction saine dans un contexte dans lequel les injonctions à « faire barrage » et à « voter utile » ont petit à petit pris l’air de slogans ressassés sans que soit jamais posée la question de « barrage à quoi ? » et « utile à qui ? ». Cette vision de la politique est liée à la formation d’un corps spécifique d’experts, de politologues, et de journalistes qui s’en font les porteurs dans un contexte de commentaire permanent d’une actualité politique finalement peu excitante, une fois qu’on l’a réduite aux résultats des principaux scrutins et aux intrigues de cour de l’Elysée et de Matignon. Tout cela détache comme seul monde politique un domaine organisé autour de la vie des professionnels de la politique, élus ou experts, qui n’a pas grand-chose à voir avec la manière dont les gens vivent la politique au quotidien.

Ainsi en allait du « phénomène » entourant l’un des possibles futurs chefs de l’Etat, Emmanuel Macron. Pendant la séquence qui a suivi la formation de son mouvement, puis l’attente de son entrée en campagne annoncée, et maintenant la campagne (peut-être demain le quinquennat) inscrit sous ses auspices, de son aveu même le programme, les idées, n’avaient aucune importance. Il importait que chacun sache l’histoire romantique l’unissant à sa compagne, les instants de sa légende personnelle, de son entrée forcément géniale et populaire dans la méritocratie républicaine à son départ en bateau, en passant par le barbier du grand homme, le tailleur du grand homme, le coiffeur du grand homme, la voix brisée du grand homme d’avoir trop soufflé de vent.

Le vote utile se constitue dans le même temps sur l’enterrement de toute forme de débat alternatif et en célébrant les vertus de la fin du politique. Ainsi s’il est un sujet qui unit de plus en plus les candidats « pragmatiques » ou « extrémistes », c’est la ritournelle de la « fin des clivages » et de la « fin des conflits ». Malheur à qui divisera ou parlera d’idéologie (mot devenu une insulte dans la langue commune des politiques). En lieu et place de clivage il faut parler désormais d’unifier différemment, et les idées, surannées, ont laissé la place aux « valeurs ». En bref dans le même geste l’on exulte le vote comme alpha et omega de la citoyenneté, mais dans le même temps il s’agit de proposer une vision du politique qui ne relève plus du politique, mais de la « gouvernance », de la « bonne gestion ». De toute façon se prémunir de « valeurs » ne fait d’ailleurs pas un programme. Prenons les derniers mois du gouvernement de Manuel Valls : il est bien évident que si, comme l’écrivait Jean-Christophe Cambadélis, « A gauche les valeurs décident de tout », il va de soi que la politique à mener, quant à elle, n’a pas besoin d’être réellement en lien avec lesdites « valeurs ». Ce n’est pas grave, car il faut être « réaliste » dans l’action.

Où que l’on se place, dans les limites de l’échiquier politique institutionnel, les abstentionnistes sont des perdants – des analyses politiques de haute volée décèlent dans l’abstention le signe d’un abrutissement et d’une irresponsabilité chez les plus pauvres et les plus jeunes. Les abstentionnistes « militants », quant à eux, sont volontiers désignés comme autant de révolutionnaires à la petite semaine : trop embourgeoisés sans doute pour discerner toute l’urgence des petites avancées sociales qu’une élection bien menée pourrait octroyer, on présuppose les abstentionnistes « assumés » comme étant nécessairement des privilégiés sociaux, appauvrissant par la même toutes les subtilités de la conscience politique des classes populaires, vouées dans l’imaginaire collectif, aux gémonies de l’ouvriéro-lepénisme, de l’indolence politique ou de l’abstention contrainte qui empêcherait toute formulation d’une réflexion parallèle.

Faire le lit de la droite pour ne pas faire le jeu du FN

Il est au moins un péché que personne n’est prêt à pardonner à l’abstentionniste, c’est sa responsabilité dans la montée des votes extrêmes, et en particulier du vote FN. À en croire certaines plumes, comme par exemple celle en 2014 de Michel Maffesoli, l’abstention et le vote FN sont au moins jumeaux, au plus alliés. Il est presque du domaine du lieu commun d’aller plus loin et de rappeler que « L’abstention, c’est le vote FN ». Faire naïvement le lien entre abstention et montée du vote FN de la forme comporte plusieurs contre-sens trop notables pour être simplement balayés d’un revers de main. D’un strict point de vue statistique, le lien entre abstention et vote FN est douteux, ou complètement absent. Les dirigeants du parti, par exemple Marion Maréchal-Le Pen, le reconnaissent bien volontiers : leur ennemie, c’est aussi l’abstention.

C’est d’abord le cas parce que le vote FN n’est pas lié à l’abstention : dire que l’un accompagne l’autre est une erreur. Les élections municipales de 2014 ont ainsi donné comme l’indique Antoine Peillon un démenti criant aux arguments liant abstention et vote FN : « dans les 110 communes où le Front national obtenait plus de 20 % des suffrages, la participation moyenne fut bien plus élevée (62,33 %) que la participation moyenne nationale. De quoi démentir l’affirmation selon laquelle les scores élevés du FN seraient dus à l’abstention. Ainsi à Villers-Cotterêts (Aisne), le parti du clan Le Pen obtenait même 40,30 % des suffrages exprimés, alors que le taux de participation s’élevait jusqu’à 68,47 %. À Carros (Alpes-Maritimes), le Front national récoltait 35,75 % des voix, avec une participation de 70,7 % ». Il n’y a pas de raison de penser que l’abstention soit nécessairement le fait de gens qui, dans le cas contraire, voteraient différemment du reste de la population, comme si elle était le fait d’une gigantesque désertion de la part des démocrates et des antifascistes, peu enclins à prendre conscience des réalités du danger d’une politique d’extrême-droite.

Non seulement il semble que la prétendue « montée de l’abstention » ne soit pas liée à une montée du Front National, mais les idées d’extrême-droite en viennent à toucher aussi les exclus du vote, ou du moins une partie desdits exclus. Dans une interview donnée à l’émission La suite dans les idées le 15 avril 2017, la politiste Nonna Mayer rappelait que sur la question du vote des plus exclus, « les personnes qui sont en situation d’insécurité, (…) jamais sûres de leur logement, de leur emploi », la situation a changé. Les précaires, quatre fois moins inscrits que la moyenne de la population, et s’abstenant deux fois plus, annonçaient à Mayer en 2012 que s’ils en avaient l’occasion ils voteraient à gauche. Lors d’une enquête en décembre 2015 cette situation s’était retournée et c’était bien le FN qui l’emporterait, parce qu' »aujourd’hui, après le quinquennat, à la fin du quinquennat [de François Hollande], la gauche ne représente plus l’espoir », pendant que la droite « républicaine » apparaît de plus en plus comme un croupion de l’extrême-droite, et qui n’a plus à lui reprocher que son programme économique.

D’ailleurs, exception faite de l’élection présidentielle de 2002, la montée du FN lors des premiers tours de l’élection présidentielle a eu lieu que l’abstention monte ou non. L’élection de 2007 semblerait à ce titre un contre-exemple, puisqu’elle voit à la fois un recul du vote FN et de l’abstention, mais elle se fait sur le dos de ce qui est encore à l’époque revendiqué comme la stratégie du « siphonnage » par Nicolas Sarkozy et sa « droite décomplexée », soit une baisse de l’électorat FN se faisant sur le dos d’une intégration des propositions du parti par la droite prétendue républicaine. Les effets n’avaient pas tardé : acharnement contre les Rroms, ministère puis débat raciste sur l’identité nationale, accroissement de la politique du chiffre en matière d’expulsions, durcissement de la répression policière. Pour faire baisser l’électorat FN, il a suffi en 2007 à Nicolas Sarkozy de mettre les idées du parti au pouvoir, comme le reconnaissait jusqu’à Jean-Marie Le Pen à l’époque. Le pari avait l’air malin : il consistait à entrer dans la séquence actuelle, dans laquelle pour être acceptable, il faut « parler FN ».

En effet dans ces temps de « réalisme », revient s’infiltrer partout l’idéologie d’extrême-droite sous de faux airs de « bon sens ». Il faut pour le comprendre remonter ce qu’est la stratégie du Front National telle que conçue par ses créateurs, et en particulier François Duprat, les membres du Club de l’Horloge, puis Bruno Mégret et enfin Marine Le Pen, ainsi qu’expliqué par Cécile Alduy, qui a écrit en 2015 un très bon Marine Le Pen Prise aux Mots : le but du Front National naissant n’est pas de gagner d’élections, mais de substituer au schéma de pensée marxiste dominant dans les années 1970 un schéma qui soit essentiellement celui du FN. La stratégie est également employée, dans un autre domaine, par un autre théoricien d’extrême-droite comme Patrick Buisson, qui multiplie les présences médiatiques et lie des réseaux de clientèle afin de s’inscrire dans l’ensemble de la production de l’information politique, ainsi qu’expliqué par Ariane Chemin. Il s’agit de poser un vocabulaire commun à la politique française, et de faire en sorte que la langue politique française se parle avec les mots et les expressions du parti d’extrême-droite. Si bien que le monde en vienne à se diviser petit à petit en deux bords de plus en plus marqués : ce qui ne s’apparente ou n’emprunte pas à l’imaginaire du FN, classé comme irréaliste et absurde, et ce qui s’y apparente, et est classé comme réaliste.

Face à cette tentative d’imposition d’un imaginaire de fond de la politique les partis dits de gouvernement ont privilégié l’attitude électorale sensée et ont dans les grandes lignes embrayé le pas au parti d’extrême-droite, adhérant à la thèse selon laquelle « le FN pose de bonnes questions mais apporte de mauvaises réponses ». L’on pourrait citer tant et plus d’exemples, des excuses présentées par Lionel Jospin de n’avoir pas suivi les diktats sécuritaires de la droite au fait que le réflexe immédiat de François Hollande le 13 novembre 2015 ait consisté à se saisir d’une mesure iconique des programmes du FN (la déchéance de nationalité). Pour être encore plus exemplaires, nous voulons aller à l’extrême en parlant du candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste à l’élection présidentielle de 2017, Philippe Poutou. Ce dernier a passé l’ensemble de la campagne à refuser les injonctions à se rallier aux propositions du FN, que ce soit en termes de sécurité (il veut désarmer la police) ou en termes de relations avec le monde (il considère que l’internationalisme est une voie souhaitable). À ce titre il a été durablement intégré à la catégorie, au choix, des inconscients, des idiots, ou des dangereux personnages. Il n’est pas besoin de se faire le relais du FN pour être inclus dans sa domination intellectuelle et idéologique.

Dans le domaine des « présidentiables », jusqu’à ceux qui se revendiquent « progressistes », le ver est dans le fruit de façon plus marquée davantage : la réponse à l’abstention que l’on trouve dans le vote utile génère également une radicalisation de fait des électeurs en direction de l’extrême-droite, faisant doucement passer dans le domaine de l’acceptable avec lequel il faudra faire des compromis, voire du souhaitable, ce qui était encore hier le domaine réservé de quelques extrémistes fascisants. Cette logique se retrouve chez les « progressistes » qui sont allées gonfler les scores de participation aux primaires de droite ou qui se sont rabattues en masse sur des candidats du tout sécuritaire (ainsi Christian Estrosi) au nom du « Front Républicain », qui déjà en 2002 avait vu arriver au pouvoir le super-ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. Elle se retrouve également chez des militants de gauche qui se résignent à voter pour Jean-Luc Mélenchon dans une démarche de « vote de l’unité », alors même que celui-ci multiplie les prises de position symboliques visant à réconcilier son image de candidat de gauche avec celle d’une patrie unifiée. Eût-il été envisageable il y a encore peu longtemps d’associer à la renaissance de la gauche en France la censure de l’Internationale et du drapeau rouge, ou encore l’appel ému au rétablissement de la conscription au nom du « lien sacré entre Armée et Nation » ?

Or c’est bien à se compromettre de la sorte que l’on fait monter le vote FN et prépare en dernière instance l’arrivée du parti au pouvoir, qui ne se limite pas au fait d’avoir accepté que désormais, contrairement à l’élection de 2002, la candidate du parti avait sa place dans le débat démocratique et républicain. Nous avons donc admis que le FN était, selon l’expression consacrée, « un parti comme les autres », voire le premier de tous. Cette préparation au pouvoir se fait, plus gravement, dans le domaine idéologique. À force de vouloir se prémunir d’une potentielle et inquiétante victoire du FN, nous nous engageons sur la pente glissante de l’apprivoisement d’idéaux conservateurs et réactionnaires, dans le fond parfaitement similaires, tant qu’ils ne se voient pas marketés sous le label de l’extrême droite. Aux yeux des Xaviers Albertis de ce monde, les abstentionnistes sont les premiers tueurs de nos libertés. C’est pourquoi ils nous demandent, pleins de morgue : « Où serez-vous, quand fort d’une élection peut-être gagnée sur le dos de votre abstention, les premières mesures liberticides seront prises ? ». Nous répondons que ce n’est pas au Front National ou à une quelconque officine parafasciste que nous devons la mise en place depuis presque un an et demi maintenant de l’état d’urgence. Ce n’est pas à l’extrême-droite non plus que nous devons l’explosion des débats sur les vêtements « non-républicains », pas plus que le progressif réarmement de la police et les inévitables violences accrues qui s’ensuivent, visant prioritairement les populations descendant de colonisés, les femmes, les minorités sexuelles, et les militants politiques (et à plus forte raison les individus cochant plusieurs de ces cases). Ce n’est à aucune formation fasciste que nous devons que la dénonciation même de ces violences soit censurée, et qu’au nom de l’action de la police lors des attentats de 2015 – 2017, il devienne désormais douteux de même parler de racisme en France autrement que pour produire une énième publicité Benetton.

Face à la droitisation, le piège de l’unité

Il conviendrait que la critique (légitime) du FN ne tienne pas uniquement que de l’ordre de l’incantatoire. Parce que refuser l’agenda d’extrême droite voudrait également et logiquement dire commencer à répudier celui de la droite ainsi que de certains candidats dits « de gauche » qui se placent parfois dans une parfaite continuation idéologique ; à commencer par cette prétendue gauche « républicaine » plus occupée à dénoncer les militants antiracistes que le racisme lui-même. Plutôt que de condamner des abstentionnistes pour leur « fainéantise » face au FN, nous demandons quelle est la zone qui relève de l’acceptable entre le jacobinisme martial dont se saisit le candidat de la « France Insoumise », les atermoiements d’Emmanuel Macron sur les « humiliations » subies par La Manif Pour Tous, la droite identitaire de François Fillon, et l’extrême-droite assumée. Et ceci d’autant plus que la droite, elle, n’hésite pas à imposer à la gauche un « Front républicain » qu’elle ne respecte jamais, puisque « Le PS et le FN c’est la même chose ».

C’est en recommençant ce travail minutieux qui a été trop longtemps laissé de côté du fait de la double menace de la droite et de l’extrême-droite qu’une gauche sérieuse pourrait commencer à reconstruire un socle politique solide. Néanmoins cela demande d’accepter que, dans une conjoncture où le FN joue à « Pile je gagne, face tu perds » avec la république, il n’est pas possible de gagner, et que donc le jeu ne vaut peut-être pas la chandelle face à d’autres priorités que sont la défense des plus faibles, la reconstruction idéologique, ou l’entretien de l’habitude de l’action militante.

Participer au grand jeu électoral n’est en effet dans ce contexte pas qu’une perte de temps. Les agendas électoraux ont leurs poids propres : nous ignorons le résultat de la campagne de 2017, mais nous connaissons déjà, quel que soit ce résultat, la date de commencement de la campagne de 2022, le 8 mai 2017. Dès l’élection bouclée, il s’agira de recomposer des troupes, de préparer des slogans, de relancer pour cinq ans le cycle qui nous conduira, imperceptiblement, vers la reproduction de l’actuel, dans cinq ans. Quels progrès aura-t-on fait entre temps ? Nous pensons que, prise dans l’obsession de restreindre ses pertes électorales, la gauche ne prend pas le temps de se réarmer, idéologiquement ou humainement, parce que la logique électorale l’en rend incapable, à plus forte raison dans un cadre extrêmement personnalisé du pouvoir comme l’est celui de la Ve République où tout n’est, au final, que recherche d’un candidat idéal, qui ne saurait exister.

Il ne suffit donc pas de dénoncer dans la situation actuelle une tendance politique déplorable, qui pourrait être déjouée par l’élection d’un homme (vraiment) providentiel (cette fois). L’expérience de trois mandats présidentiels socialistes, élus sur un rassemblement des forces de gauche, devrait à ce stade nous en avoir largement fourni la preuve. C’est la logique même de la candidature qui conduit à la gabegie, en entretenant l’espoir toujours déçu que le prochain élu ne sera pas décevant : il ne peut que l’être. Nous disons ainsi à nos camarades qui encouragent à l’élection d’un gouvernement de gauche contre lequel il serait enfin possible de manifester avec quelque succès que cela n’est pas suffisant. Nous comprenons l’engouement qui peut légitimement être ressenti à l’idée, mais nous ne voyons pas en quoi une hypothétique présidence Mélenchon, orchestrée autour de l’incarnation par le candidat des « Insoumis » de tout l’esprit de la Ve République, pourrait conduire à d’autres effets que par le passé. Du reste, il ne peut pas être acceptable comme « geste radical », pour reprendre l’expression de Louis et Lagasnerie, de remettre tout le pouvoir à un homme, en espérant qu’il n’en fera rien de mauvais. Il ne revient pas d’attendre en dernière instance qu’un président bien élu ou qu’un gouvernement bien avisé écoute des manifestants et des citoyens restreints à un rôle de protestation ou de supplication. Cette configuration ne serait ni à la hauteur des urgences, ni à la hauteur des exigences que sont en droit d’avoir les progressistes.

Reste la question du vote blanc : « si vous n’êtes pas contents, alors allez quand même prouver votre attachement aux valeurs civiques en faisant votre devoir citoyen ! », s’exclame-t-on autour de nous. Certes, nous en comprenons l’attrait. D’abord, nous ne sommes pas naïves : le vote, incorporé comme une pratique normale, voire un devoir, ne peut pas aisément être abandonné. Il demeure pour beaucoup incorporé comme l’acte basique de la citoyenneté. Le vote blanc peut dans ce cas être une stratégie d’esquive. Du reste le vote blanc paraît envoyer clairement, par un acte indubitable, le message d’une insatisfaction face aux élections, qui ne peut être renvoyé à l’apathie. Deux choses peuvent être rétorquées à cette attitude : premièrement le vote blanc n’étant pas comptabilisé dans le comptage final (et certains votes blancs étant comptés comme des votes nuls), la réception du message reste douteuse. Du reste, ce message, quand il serait envoyé, consisterait à ne demander au final que d’autres candidats, cependant que le problème fondamental ne se trouve pas dans le casting mais dans le scénario de la quinquennale pantomime du système présidentialiste français. Non au vote, donc, et non au vote blanc.

Il n’est point de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni Tribun

Cela étant dit, se dire (et être) abstentionniste ne suffit pas. Il y a quelque chose de ridicule dans les représentations d’un abstentionnisme passif et autosuffisant, qui sont autant de chimères que la gauche et la droite de partis se renvoient pour nous exhorter au vote utile. Lors de débats sur le sujet il nous est souvent répondu que notre naïveté nous pousserait à imaginer qu’une grève massive des élections suffirait en soi à faire choir quoi que ce soit : nous ne sommes pas des idiotes. Nous savons, selon la formule habituelle, que s’il n’y avait qu’un seul votant alors l’élection se tiendrait tout de même. Nous sommes informées des cas de grève des élections n’ayant conduit à rien. Il ne s’agit pas de notre point de vue que l’abstention soit vue comme une fin en soi, mais bel et bien comme un moyen, comme un outil politique s’inscrivant dans une démarche de contestation plus globale de nos systèmes de représentation, et comme un socle commun, hors du jeu institutionnel et de ses logiques, rendant possible la structuration de nos indignations et de nos revendications.

En ce point, nous ne proposons pas le choix de la facilité pour plusieurs raisons, la première étant que l’abstention active demandera dans un premier temps d’accepter de perdre, ou pour être plus précises, de ne plus se bercer ponctuellement de la perspective d’une victoire possible, au mieux suivie par plusieurs années de désillusions. Être abstentionniste voudrait donc dire apprendre à accepter d’être perdant. Apprendre à voir les compromis, les bilans de mandats et les alternances qui, au fur et à mesure, se confondent toutes les unes dans les autres. Et donc commencer à reformuler un bloc idéologique d’ensemble, cohérent et entrainant.  De la même manière, et sous l’examen d’une même démarche critique, il devient urgent de s’emparer des dangers que représentent ce fameux vote « utile »: loin d’être inoffensif, il rend possible aujourd’hui les décisions que nous aurons de plus en plus de mal à contester demain. Autour du choix du moindre mal, l’étau se resserre et les contours deviennent flous. À terme, le court-termisme intrinsèque au jeu électoral nous mène à la baguette et, l’élection de 2017 en a été encore la preuve, nous empêchent de nous préoccuper de ce qui compte.

L’abstention ne peut pas se définir comme la seule rétention du vote, mais gagnerait à être vue comme un processus qui nie formellement les règles du politique et son immédiateté. Pour les abstentionnistes politiques, il est certain qu’elle ne se concrétisera pas par un miracle sous la forme d’un changement magique de nos institutions et de notre système démocratique. Elle permet, en revanche, de poser les bases des possibilités et de volontés de subversion, de délimiter un projet d’agissement collectif et une conception démocratique réelle, qui remettrait au cœur des projets progressistes ce qui en a toujours été le moteur, à savoir le mouvement social.

Pierre Dennetière

Charles Salmacis

Laisser un commentaire