Subscribe By RSS or Email

16 novembre 2016

Et les enfants recréèrent de la valeur

Par Guillaume de Gracia

Résumé

Depuis plusieurs décennies maintenant, l’abolition du travail des enfants est, en France, un acquis social irréfutable. Pourtant, l’absence de travail (mis à part les enfants scolarisés en lycées professionnels ou les apprentis) n’équivaut pas à absence de rôle économique de l’enfance. Or, si le rôle de prescription des enfants est relativement bien documenté et ne va pas sans poser de sérieux problèmes, la création de valeur directe n’était toujours pas à l’ordre du jour. Cette situation est selon toute vraisemblance en train de se modifier via la médiation d’un acteur majeur de la net-économie : YouTube et ses principaux animateurs, les youtubeurs.

Abstract

For decades now, the abolition of child labor was an undeniable social benefit in France. However, the lack of child labor (excepted for apprentices and children sent to professional college) never meant lack of economical paper for childhood. Thus, the prescription paper played by children is quite accepted and well defined by scientists and represents a source of worry, notably for countries like Sweden that considered it as parental harassment. But children were not directly creating value. This paradigm is been modified via the mediation of a major actor of net-economy : YouTube and its principals leaders, youtubers.

Enfance au travail ? Des lois Ferry à nos jours

Il n’est pas rare, en tant que père de deux jeunes garçons d’une dizaine d’années, de devoir leur répéter que, certes, l’école n’est pas parfaite ni toujours une partie de plaisir ; que l’on préfèrerait voir s’y épanouir des pédagogies alternatives dans la lignée de celles développées par Célestin Freinet ou Francisco Ferrer y Guardia ; que les devoirs, malgré que nous y soyons opposés, ne sont pas si terribles que cela à faire ; qu’après tout, l’école est aussi un formidable moyen de socialisation ou, plutôt, que c’est formidable de pouvoir y retrouver ses amis et copains ; et puis surtout que si l’école n’existait pas… ou plus précisément que là où l’école n’existe pas, les enfants, soit travaillent, soit sont soldats…

Sans entrer dans un débat autour de la personnalité sulfureuse et de ce que d’aucuns considéreront comme de notables imperfections (absence de mixité ou exercices militaires pour les jeunes garçons notamment), force est de constater que l’un des mérites des lois proposées par Jules Ferry est d’avoir eu pour effet de marquer le début du coup d’arrêt donné au travail des enfants… Sans en refaire non plus l’historique (dont nous serions bien peu capables d’ailleurs), rappelons simplement que la loi de l’instruction obligatoire – à différencier de l’obligation de scolarisation – s’impose avec la loi du 28 mars 1882 pour les enfants âgés de 6 à 13 ans. La gratuité de l’école (loi du 16 juin 1881), qui entérine un principe remontant au premier tiers du XIXème siècle, puis le principe des allocations familiales, qui se diffusent de 1916 jusqu’à 1932 (et la loi Landry), contribuent largement au succès du modèle de l’école républicaine1. Enfin, en 1959, la fin de la scolarité obligatoire portée à 16 ans (contre 14 ans depuis 1936 et une loi de Jean Zay) remonte un peu plus s’il fallait l’âge marquant l’accès au monde du travail… Pour autant, il serait certainement exagéré de considérer que l’école marqua un frein au « travail » des enfants. Du moins, marqua-t-elle le début de la fin du travail « salarié » des enfants. Bien sûr, beaucoup d’entre eux (et d’entre elles) ont continué à « aider » leur famille : aux champs, à la maison, à faire la cuisine, à débarrasser la table, etc. Hors cas exceptionnels d’esclavagisme, d’abus ou de maltraitance qui existent évidemment mais tombent sous le coup de la loi, les travaux domestiques qu’ils et elles peuvent effectuer sont considérés comme des formes de travail « acceptables » : c’est-à-dire, un travail s’insérant dans le cadre de la vie familiale et ne pénalisant ni leur scolarité, ni leur scolarisation2. Si ce travail est « acceptable », il est par ailleurs tout à fait quantifiable. A titre d’exemple, en 2010, l’INSEE estime qu’en France, le « travail domestique »3 représenterait 60 milliards d’heures soit 160% du volume d’heures total de travail rémunérées et 33% estimé du PIB4. Ce travail domestique est effectué à 64% par les femmes et 36% par les hommes : aucun chiffre donc – si minime soit-il – concernant l’éventuel travail domestique des enfants pour la France.

Un simple tour sur le site servicepublic.fr5 permet de nous apprendre qu’avant 14 ans, « un enfant ou un adolescent peut travailler uniquement dans une entreprise de spectacles, cinéma, télévision, enregistrements sonores ou radio, ou en tant que mannequin ». A partir de 14 ans, l’enfant, « Avec l’accord de l’inspection du travail (…) peut travailler (…) uniquement pendant les vacances scolaires » et ce, dans des conditions très particulières. Il est par ailleurs possible d’obtenir un contrat d’apprentissage sous conditions à partir de 15 ans6. Enfin « Tout mineur de 16 ans au moins peut être salarié, quel que soit le type de contrat (CDI, CDD, contrat temporaire). Il doit cependant y être autorisé par son représentant légal (père ou mère, par exemple), sauf si le mineur est émancipé. ». Ajoutons que sur une population totale des moins de 18 ans avoisinant depuis la fin des années 19907 les 13,5 millions, on comptabilise un nombre d’apprentis « mineurs » d’environ 400 000 en 2014 (Russell, 2015), soit un peu moins de 3% de cette population8. Ce pourcentage passe à 8,2% des mineurs si l’on prend en compte les jeunes scolarisés dans les filières professionnelles qui passent entre 8 et 22 semaines en entreprise. Il est donc un fait acquis qu’en France, les enfants non seulement ne peuvent pas travailler mais concrètement, ne travaillent pas plus à la maison qu’en entreprises – ou de manière relativement marginale – avant 14 ans9. Des chiffres qu’il faut bien évidemment mettre en parallèle de ceux avancés pour l’Afrique subsaharienne (par exemple) par l’Unicef10 qui monteraient à 30% des 5-14 ans.

Autrement dit les mineurs de moins de 14 ans, en France, ne travaillent pas et ne produisent pas la moindre valeur.

Cette soustraction des enfants aux impératifs du modèle capitaliste afin de leur laisser le temps d’apprentissage nécessaire pour se former à devenir de futurs adultes pleinement conscients de leurs droits et de leurs devoirs (peu ou prou) n’est d’ailleurs pas remis en cause (à notre connaissance et jusqu’à présent), par aucun bord politique ou religieux.

Prescription en culottes courtes

Pourtant, dans une société très largement dominée par l’économie, cette absence de création de valeur par les enfants ne signifie pas qu’ils ne jouent plus aucun rôle de ce point de vue. Ils sont même souvent très « prescripteurs » : de marques, modèles, jouets, vêtements, produits divers (Planchard, 2013). Une « prescription » que les autorités suédoises n’hésitent pas à qualifier de harcèlement des enfants sur leurs parents (Brune, 2004). Car – on peut s’en douter – les publicitaires ce sont toujours attachés à développer leur discours sur un cœur de cible « enfants » dont la pression escomptée sur les parents est censée rapporter de substantiels bénéfices aux marques de jouet ou de vêtements X ou Y. Cette prescription tendrait même selon les spécialistes à influencer près de la moitié des achats commerciaux du foyer (Brune, 2004). La palme revenant peut-être, en ce premier quart de millénaire, aux produits dérivés émanant d’une galaxie fort lointaine, récemment alliée à l’empire Disney pour les besoins de la colonisation planétaire (bien avancée) via des produits dérivés de chevaliers Jedi et Siths…

Ne serait-ce de part ce poids économique avéré, les jouets sont des objets politiques à part entière (Collectif, 2007)11. Pour autant, ce harcèlement publicitaire (finalement assez grossier) pourrait s’arrêter assez vite si quelques politiques avaient l’intention de s’y attaquer. C’est précisément ce qu’a tenté de faire la Suède au début des années 2000 et ce à quoi s’est attaqué le Sénat français à la fin du mois d’octobre 2015, via le vote d’une proposition de loi interdisant la publicité à destination des enfants sur France télévision (Rédaction, 2015b). Par ailleurs, on ne peut évacuer d’un simple revers de la main la responsabilité de parents bénéficiant après tout de la marge de manœuvre que leur donne les cordons de leur bourse, et de leur volonté de refuser d’acheter telle ou telle boite de jeu, poupée, arme factice ou jeu vidéo pointé comme relevant du PEGI 18 pour un mineur de 10 ans12. Cependant, et pour résumer : les enfants, bien que fortement prescripteurs, ne produisaient toujours pas de valeur directement.

Et YouTube et les youtubeurs furent

C’était sans compter l’apparition sur la plateforme YouTube (elle-même créée en février 2005) de la galaxie des youtubeurs parmi lesquelles les superstars françaises Cyprien Iov, Norman Thavaud, Squeezie, Rémi Gaillard, Enjoy Phoenix Hugo tout seul ou Mister V du collectif Woop Gang, Le Rire jaune, Natoo, What The Cut !, etc.

Notre article ne consiste pas à proposer une critique à proprement parler du travail de cette nouvelle génération de comiques et podcasteurs – multitâches, car bien souvent aussi réalisateurs ou acteurs, voire dessinateurs, cascadeurs, auteurs, chroniqueurs, blogueurs, critiques…13 Il faut pourtant citer un trait de caractère « générationnel » des youtubeurs : leur revendication, souvent décomplexée de leur absence totale d’engagement ainsi que le caractère éminemment léger de leurs références : « Jim Carrey ! Je suis un gros fan de Kad et Olivier, de Jamel Debbouze aussi (…) Will Smith, dans Le Prince de Bel Aire a été un véritable modèle dans sa gestuelle, son style, le flow qu’il amenait à l’humour américain… » (Malnuit et Boukir, 2015).

En réalité, cet humour de jeunes comiques, pour beaucoup issus de la « diversité » s’accommode très bien de thématiques antiracistes et, en fonction des uns et des autres, de piques plus ou moins bien senties sur quelques rares sujets de société (religion, homophobie)… de l’humour générationnel politiquement très correct en fin de compte. Même s’il peut parfois se montrer grossier, ce qui est loin d’être un frein pour des préados, cet humour est donc suffisamment accessible pour plaire à ces derniers. Du côté des tutoriels beauté (maquillage) et style de vie, là non plus, nul besoin de longues explications pour comprendre quel intérêt peuvent y trouver des jeunes (essentiellement) filles.

Car, c’est bien cette génération des tweens14 – selon le magazine Technikart de février 2015 (Malnuit et Boukir, 2015), la génération qui changerait le monde du haut de ses 9-12 ans – constituent la cible réelle (à défaut d’être voulue) du youtubbing. Ainsi, tout parent normalement constitué et un tant soit peu soucieux de ce que regarde son pré-ado médusé par son écran d’ordinateur ou de tablette a sans aucun doute attrapé au vol lors d’une conversation avec son/sa tween, les noms précédemment cités ou encore, les termes (plus « techniques » disons) de lets’play, gameplay, followers, vine, Twitch, etc. Nous ne sommes cependant pas dupes du caractère rétrovolutionnaire (au sens que lui donne l’anthropologue Jean-Loup Amselle, 2010) de la génération dite Y tout aussi susceptible de s’accommoder de ressorts comiques très éloignés de l’humour des Desproges, Hara Kiri ou Psikopat… Or c’est cette dernière génération qui constitue la majorité de l’audience des gameplays (jouer tout en commentant sa partie) de jeux vidéo ou des tutoriels de maquillage.

Parmi les youtubeurs français, arrivent en premières position Cyprien Iov et Norman Thavaud. Le premier serait suivi par plus de huit millions d’abonnés (followers), du moins, c’est ce qu’il annonce dans sa dernière vidéo de fin d’année 201515. Norman, lui, ne serait suivi « que » par sept millions d’abonnés16. Et, si les deux se montrent tout à fait reconnaissants vis-à-vis de leurs abonné-e-s et soulignent l’importance que revêt le visionnage de leurs vidéos, la question de la rémunération se heurte quasi-systématiquement à un mur. Les youtubeurs préfèrent de loin mettre en avant leur « passion ». Ainsi, Norman refuse purement et simplement de répondre à une question malicieusement posée par un de ses jeunes collègues (Mister V du collectif Woop Gang17) : « je vois que Mister V est passionné par l’argent. Moi ce n’est pas ma passion, ma passion c’est faire des vidéos, écrire des vidéos, écrire des sketchs, faire rire les gens (…) ». Au risque d’installer une petite gêne après une tirade lénifiante de bons sentiments – en s’adressant aux animatrices : « apparemment, ce n’était pas très intéressant pour vous, mais j’ai aimé le dire »18. De la même manière, Squeezie (autre superstar du YouTube français) s’agace d’un journaliste de Canal+ s’évertuant à lui poser la question de sa rémunération (Sénécat, 2014). L’ex-policière Natoo s’énerve aussi : « Pourquoi on se permet de nous demander ça? C’est tellement bizarre de demander son salaire à un artiste. C’est quelque chose de privé et ça ne regarde que lui » (Garcia, 2015). La spécialiste des tutoriels de maquillage, EnjoyPhoenix, en réponse à quelques critiques autour de sa rémunération supposée s’élever à 300K l’année aura le même type de réponse (via le service de messagerie Twitter) : « L’important ce n’est pas ce que les youtubeurs gagnent, c’est ce que les abonnés ne dépensent pas. » (Vaccaro, 2015). La rémunération réelle des youtubeurs reste donc un véritable objet de trouble et est sujette à une réelle omerta de la part d’une génération entière de « talents » formant une communauté semble-t-il soudée.

Certains (par exemple, Giroux, 2015) ont tenté de répondre à cette question sensible via le calcul simple de la rémunération par tranche de 1000 vues qui rapporterait 0,80 euro au créateur de la vidéo. Ces sommes doivent être majorées des contrats divers et variés (avec tel ou tel éditeur de jeux, marque de cosmétique), les placements de produits… A l’inverse, ces sommes doivent être minorées des visions de vidéos « non monétisées » et/ou des visionnages via des navigateurs équipés de bloqueurs de publicité type Adblock plus19

Le calcul de ces revenus n’est donc pas une science exacte mais, pour les trois premiers youtubeurs français, cette base de 0,80 euros/1000 vues donnerait des chiffres allant (par mois) de 15000 euros pour Norman à 45000 euros pour Squeezie et 30000 euros pour Cyprien. Des sommes coquettes même si le métier ne serait (déjà) plus si intéressant (Poireault, 2015) et qui, dans tous les cas, commencent à susciter l’intérêt des médias (par exemple, Audureau, 2015) ainsi que de la répression des fraudes (Rédaction, 2015a).

Quoi qu’il en soit, cet argent est directement généré par la publicité qu’assurent de manière plus ou moins honnête les youtubeurs : ainsi, la vidéo « hommage » de Norman et Squeezie au jeu Assasssin’s Creed et présentée par eux comme un « clip de fan », alors que l’intégralité du clip était payé par l’éditeur du jeu (Ubisoft), n’est en réalité qu’une publicité dissimulée. On le sait depuis toujours, la publicité et liée à l’audience, en l’espèce, au nombre de vues.

Or, si l’on s’intéresse à cette audience (administrateur, 2015), on constate rapidement qu’une part non négligeable en est constituée de jeunes de 13 à 17 ans qui représenteraient 20% de la masse totale des amateurs de gameplays et jusqu’à 25% de la masse des amatrices de tutoriels de maquillage. Des chiffres qui semblent d’ailleurs ne pas prendre en compte la tranche purement tweens des 9-12 ans (ce que nous a confirmé par mail l’administrateur du site influence4you.fr20)… Au bas mot, si l’on prend Squeezie et ses 70 millions de vues mensuelles, cette tranche d’âge représenterait donc 14 millions de vues mensuelles soit, si l’on applique rigoureusement le tarif mentionné plus haut : 11200 euros/mois générés par des clics d’enfants. Et, bien entendu, faut-il multiplier ces chiffres par le nombre de youtubeurs que regardent les 9-17 ans (qui ne se limitent pas par sessions) et sans doute, à majorer du fait de la multiplication du nombre de vues, l’effet de répétition du visionnage étant plus présent chez l’enfant et l’adolescent encore en train de se construire que chez le jeune adulte…

Et les enfants recréèrent de la valeur ?

Parlons épistémologie

A ce niveau, il nous faut préciser un peu plus notre démarche scientifique.

Depuis, l’obtention de notre doctorat nous correspondons plus ou moins à la définition de ce qu’il convient d’appeler un « intellectuel précaire », car nous ne sommes pas en poste, ni rattaché au moindre laboratoire tout en continuant peu ou prou à « produire » (évidemment, gratuitement) ce que nous nous plaisons à penser être de la « science ». Or, cette difficulté matérielle (qui s’ajoute à une situation personnelle sur laquelle nous nous tairons) suppose dans bien des cas l’impossibilité d’œuvrer sur des terrains longs, étrangers ou éloignés qui sont pourtant souvent le cœur de métier de l’anthropologue –hormis celui de nos très rares collègues officiant sur des postes d’entreprises dédiés. Nous avons donc récemment pris le parti de tenter de définir une modalité épistémologique21 que nous avons baptisé « micro-terrain » dont les enseignements nous semblent malgré tout riches. Un « micro-terrain », dans notre vision, n’est pas foncièrement objectivé, au sens où nous ne cherchons pas particulièrement à les multiplier ni à les susciter. Au contraire, bien souvent, avec les expériences accumulées, les lectures et la nécessaire « attention flottante » à laquelle est soumise tout chercheur naissent des idées pour lesquelles les matériaux accumulés nous semblent parfois suffisants pour s’en emparer, les travailler et en livrer des résultats – à notre sens – satisfaisant. Ici, dans cette perspective de « micro-terrains », nous avons pu nous rendre compte, dans notre intimité domestique, d’une problématique liée au visionnage des vidéos postées par les youtubeurs. Cette problématique se base évidemment sur une dimension purement et simplement empirique car (répétons-le) domestique : pour le dire plus simplement, nous sommes partis de l’observation directe des pratiques culturelles et sociales de nos enfants, chez nous. Ainsi, l’apparition du visage poupon de Cyprien Iov sur notre écran d’ordinateur a été soudaine et forcément exogène. Forcément exogène, car, non content de faire partie de ce que le sociologue Bertrand Bergier (2010) nomme les « non-cathodiques », nous avons une utilisation de notre ordinateur plutôt focalisée sur le volet professionnel que sur celui de « l’Entertainment »22. Que nos enfants d’une dizaine d’années chacun se soient intéressés, lors de leur temps de « permission » numérique, aux sketchs de Cyprien (ou de Norman, ou de Squeezie) leur venait donc forcément de la culture de l’école qui se diffuse horizontalement au travers des discussions entre gamin-e-s de primaires. Or, après donc un « micro-terrain » effectué auprès de certains de nos ami-e-s parents d’élèves et des amis de nos enfants, nous nous sommes vite rendu compte de la généralisation de cet engouement pour les youtubeurs précités. Cette constatation nous a amené, dans un premier temps, à nous intéresser au contenu des vidéos postées, sans que nous n’ayons trop eu à redire à ce propos, hormis quelques rares vidéos qui nous semblaient déplacées et peu convenir à un public de tweens. Cependant, notre cerveau fonctionnant dès lors sur un mode d’« attention flottante » nous a fait remonter à la surface un certain nombre de questionnements au fur et à mesure que nous observions nos enfants et que, parallèlement, nous nous intéressions à cet univers légèrement abscons du youtubbing. S’est donc posée assez rapidement la question de la relation entre les véritables petites fortunes accumulées par les plus connus d’entre les youtubeurs que les médias mainstream ont peu à peu commencé à viser23 et le visionnage de ces vidéos par nos enfants.

Pour quelques poignées de clics

Mais que vient donc faire l’argent et la création de valeur dans une économie qui, en apparence tout du moins, est gratuite ? Ainsi, on pourra nous rétorquer qu’après tout, le public ne paye effectivement rien ni au visionnage, ni à l’abonnement24. Ce serait d’ailleurs un comble, compte-tenu des sommes engagées par les agences de publicité, de faire payer par ailleurs ces abonnements. Ce serait d’autant plus problématique, qu’on l’aura compris, au final, c’est le « clic », geste pourtant éminemment anodin et virtuel25, qui est directement générateur de valeur pour la plateforme web et donc les youtubeurs. Mais, là encore, on pourra nous rétorquer que personne n’oblige les enfants à regarder internet. Ce serait mal connaître (ou mal se souvenir) de cet univers au carrefour de l’enfance et de l’adolescence dans lesquelles les modes fonctionnent de manière virales et qui est prompt à juger, exclure et ségréger celui ou celle qui serait par trop ignorant de la dite mode. Non, les enfants ne sont pas obligés de regarder Cyprien, Norman et consorts : ils y sont tout simplement fortement incités par le groupe, leur groupe, de la manière la plus naturelle qui soit. De la même manière que les uns et les autres avons écouté telle musique plutôt que telle autre pour ne pas être exclu de notre groupe au même âge. A la petite différence près que, si nous demandions à nos parents d’acheter un groupe de musique plutôt qu’un autre, là encore, nous ne produisions aucun type de valeur directement.

Au contraire, débarrassés de tout type d’intermédiaire, les digital natives, contribuent directement à la net-économie en choisissant de regarder une fois, deux fois, trente fois la même vidéo, d’en parler à leurs ami-e-s et ainsi, contribuer fortement à faire la fortune d’un tel plutôt qu’une telle… Au final, il s’agit très précisément d’une forme d’activité créatrice de valeur (et à leur corps défendant) sous un vernis d’amusement et d’absence totale de transparence : un néo-libéralisme « fun » et 2.0. Peut-être d’ailleurs l’une des raisons qui explique la réticence de l’ensemble de la « profession » à communiquer sur le montant de ses rémunérations. Une activité qui, par ailleurs, développe un fort sentiment d’adhésion chez une partie de son audience26 : une véritable « culture d’entreprise » qui incite à reproduire des vidéos afin de les poster sur la même plateforme que leurs vedettes. Sans compter les phénomènes d’hystérie collective propre à ces âges, qui ont fait se remplir une partie du parc des expositions de Paris début novembre 2015 (Turcan et de Abreu, 2015). Enfin, il faut tout de même noter le caractère peu à peu « totalitaire » que prend le développement de la « vidéo-virale ». Ces vidéos prises sur le vif peuvent concerner des sujets aussi anodins qu’un rat emportant une part de pizza dans le métro new-yorkais (« Pizza rat ») mais rapportent de l’argent via la savante exploitation d’entreprises spécialisées telles que Jukin. Ainsi, potentiellement, pour une armée d’enfants toutes et tous équipés de smart phones, le moindre moment de la vie quotidienne devient « rentable » et fonctionne à rebours de ce que le groupe toulousain Fabulous Troubadours pointait comme l’héroïsme quotidien de celles et ceux œuvrant à la solidarité concrète et au lien social retissé dans les quartiers.

On l’a dit, l’école et plus généralement, l’enfance s’était vue protégée de l’influence du capitalisme. Nous n’idéalisons rien : ces deux sphères ont toujours connu des tentatives plus ou moins couronnées de succès de réinvestissement par le capital. Ce fut d’abord le cas des catalogues de jouets d’enfants visant à les transformer en prescripteur ; c’est plus récemment, l’entrée à l’école de marques via des valises supposément pédagogiques. Mais, jusqu’à dernièrement, l’enfance avait été épargnée de tout utilitarisme direct, de toute création de valeur directe. Ce n’est désormais plus le cas. Alors, certes, cette création est minime et entre les dentelières de quatre ans du Nord de la France de la fin du XIXème siècle et nos actuels pré-ados s’esclaffant devant les pitreries de tel ou tel podcasteur, les différences sont fondamentales. Pourtant, dans les deux cas, les enfants sont utilisés afin, non pas de développer le bien commun ou d’aider leur famille27, mais simplement à l’enrichissement personnel de quelques-uns28 au cours d’une activité fortement chronophage et qui ne leur apporte guère plus que la possibilité d’échanger autour d’elle dans les cours d’école, alimentant de fait son caractère purement viral et la reproduction de ce travail déguisé.

La boucle est ainsi bouclée : au bout de près d’un siècle, le capitalisme a finalement réinvesti totalement la sphère de l’enfance, en lui refaisant à nouveau produire directement de la valeur. Tout simplement. A l’aide de simples clics.

Bibliographie

Administrateur, 2015, « Quel âge a l’audience des Youtubers/Youtubeuses ? », Influence 4 you (en ligne), http://influence4you.fr/quel-age-laudience-des-youtubers-youtubeuses/ (page consultée du 7 janvier 2016).

Amselle Jean-Loup, 2010. Rétrovolutions, Paris, Stock.

Audureau William, 2015, « Publicité : le business pas très nette des Youtubeurs », Le Monde, supplément éco & entreprises du 13 novembre.

BERGIER Bertrand, 2010, Pas très cathodique. Enquête au pays des sans-télé. Toulouse, Éditions Érès.

Brune François, 2004, « De l’enfant-roi à l’enfant-proie », Le Monde Diplomatique, septembre.

Collectif, 2007, Contre les jouets sexistes. Paris, L’Echappée.

COOVER Roderick, 2008, « Le panorama digital et l’image documentaire aujourd’hui : quand la transgression d’un postulat naturaliste crée l’innovation », ethnographiques.org, n° 16 (en ligne), http://www.ethnographiques.org/2008/Coover.html (page consultée le 17 septembre 2009).

CORCUFF Philippe, 2015, Enjeux libertaires pour le XXIe siècle par un anarchiste néophyte. Paris, Editions du Monde Libertaire.

Gadrey Jean, 2012, « Le Travail domestique : 33% du PIB pour 160% du travail rémunéré ? », blog d’Alternatives Economiques (en ligne), http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2012/11/28/le-travail-domestique-33-du-pib-pour-160-du-travail-remunere/ (page consultée le 10 décembre 2015).

Garcia Victor, 2015, « Natoo, l’ex-policière devenue une « Icône » sur Youtube », L’Express (en ligne), http://www.lexpress.fr/culture/natoo-l-ex-policiere-devenue-une-iconne-sur-youtube_1731873.html (page consultée le 7 janvier 2016).

Giroux Alexandra, 2015, «10 Français qui gagnent plus que vous grâce à YouTube », Presse citron (en ligne), http://www.presse-citron.net/10-francais-qui-gagnent-plus-dargent-que-vous-grace-a-youtube/ (page consultée le 27 novembre 2015).

GRACIA de Guillaume, 2015, « Trop d’humour tue-t’il l’humour… politique ? », revue RUSCA (en ligne), n°7, Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier, http://www.msh-m.fr/le-numerique/edition-en-ligne/rusca/rusca-territoires-temps-societes/la-revue-en-ligne/numero-7-actes-2-607/article/varia-trop-d-humour-tue-t-il-l

Malnuit Max et Boukir Maya, 2015, « Interview de Mister V du collectif Woop », Technikart, n° 188 : « Culture Tweens. Comment les 9-12 ans changent le monde » (couverture et dossier central du numéro).

Planchard Claire, 2013, « Budget : malgré la crise, l’enfant reste roi », 20 minutes (en ligne), http://www.20minutes.fr/economie/1261655-20131210-20131210-budget-malgre-crise-enfant-reste-roi (page consultée le 5 janvier 2016).

Poireault Kevin, 2015, « Pourquoi le métier de YouTubeur ne devrait plus faire rêver », Les Inrockuptibles (en ligne) http://www.lesinrocks.com/2015/11/11/actualite/pourquoi-le-metier-de-youtubeur-ne-devrait-plus-faire-rever-11786740/ (page consultée le 27 novembre 2015).

Rédaction, 2015a, « Youtubeurs et publicité déguisée : la répression des fraudes monte au créneau », L’Express (en ligne), http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/youtubeurs-et-publicite-deguisee-la-repression-des-fraudes-monte-au-creneau_1742697.html (page consultée le 7 janvier 2016).

Rédaction, 2015b, « Le Sénat vote la suppression de la publicité des programmes pour enfants sur France TV », Le Monde, 22 octobre.

Russell Géraldine, 2015, « L’apprentissage en cinq chiffres clés », Figaro (en ligne), http://www.lefigaro.fr/formation/2015/04/14/09006-20150414ARTFIG00010-l-apprentissage-en-cinq-chiffres-cles.php (page consultée le 8 janvier 2016).

Sénécat Adrien, 2014, « Squeezie : l’usine à clics (et à fric) du Français le plus vu sur YouTube », L’Express (en ligne), http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/l-usine-a-clics-et-a-fric-de-squeezie-le-francais-le-plus-vu-sur-youtube_1619115.html (page consultée le 7 janvier 2016).

Schneidermann Daniel, 2016, « Macron et Cyprien, la rencontre inéluctable », Rue89/Nouvel Obs (en ligne), http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/18/macron-cyprien-rencontre-ineluctable-263493 (page consultée le 25 mars 2016).

Turcan Marie et de Abreu Maxime, 2015, « Les 9 choses improbables vues au “salon des YouTubeurs” », Les Inrockuptibles (en ligne). http://www.lesinrocks.com/2015/11/08/web/les-9-choses-improbables-vues-au-salon-des-YouTubeurs-11786405/ (page consultée le 9 novembre 2015).

Vaccaro Charlotte, 2015, « EnjoyPhoenix : son incroyable salaire fait polémique, la Youtubeuse réagit sur Twitter », Pure Break (en ligne), http://www.purebreak.com/news/enjoyphoenix-son-incroyable-salaire-fait-polemique-la-youtubeuse-reagit-sur-twitter/86646 (page consultée le 8 janvier 2016).

Weiler Nolwenn, 2015, « Le travail des enfants est de moins en moins encadré en France malgré des risques d’accidents plus élevés », Basta ! (en ligne), http://www.bastamag.net/Malgre-des-risques-d-accidents-plus-eleves-le-travail-des-enfants-est-de-moins#nh1 (page consultée le 15 mars 2016).

Guillaume de Gracia est docteur en Anthropologie et chercheur indépendant. Email : <gui.degracia@gmail.com>

1 Qui se diffuse, notamment outre-Atlantique, en Argentine par exemple.

2 Article de Wikipedia, sur le Travail des enfants, https://fr.wikipedia.org/wiki/Travail_des_enfants, considéré comme un « bon article ». Sur ce label, https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Bons_articles (page consultée le 10 décembre 2015).

3 Qui comprend (selon l’INSEE) les activités suivantes : cuisine, ménage, s’occuper des enfants, courses, bricolage, lessive/repassage, vaisselle, jardinage, gestion du ménage et autre occupations domestiques. http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1423 (page consultée le 10 décembre 2015).

4 Pour la différence entre ce pourcentage faramineux du nombre d’heures passées et cette apparente faiblesse de l’estimation du PIB, voir Jean Gadrey (2012).

5 https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1649 (page consultée le 10 décembre 2015).

6 https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2918 (page consultée le 10 décembre 2015).

8 Il est également un fait acquis que les apprentis : « sont globalement plus exposés aux accidents du travail que les autres salariés du régime général : leur taux de fréquence des accidents du travail (nombre d’accidents par millions d’heures travaillées est de 31,0 contre 22,9 pour l’ensemble des salariés en 2011 », selon la DARES, n°9 de février 2015. http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-009.pdf (page consultée le 5 janvier 2016). Encore faudra-t-il prendre en compte les modifications apportées par la loi El Khomry, dont les dispositions augmentant de manière significative le temps de travail des apprentis risque, fatigue aidant, de générer une augmentation substantielle des accidents…

9 Cela n’enlève rien au problème du travail des enfants de cette tranche de 14-18 ans (Weiler, 2015).

11 Le fait que la quasi-totalité des jouets vendus en Europe proviennent des sweatshops chinois est également un autre point politique fort.

12 Sur la législation PEGI, voir le site http://www.pegi.info/fr/index/id/75/.

13 Nous l’avons fait ailleurs (de Gracia, 2015).

14 En anglais, ce terme est remplacé par celui de tween. Autrement dit, le pré-teenager, marquant la bascule entre teenager et between (sous-entendu, entre l’adolescence et l’enfance) a donné le très hype et mercatico-compatible : tween.

15 http://www.cyprien.fr/, Mon année 2015, consultation du 5 janvier 2016.

16 http://www.normanfaitdesvideos.com/, le Nouvel an, consultation du 5 janvier 2016.

17 Emission Le Grand 8, chaîne D8, 19 octobre 2015, https://www.youtube.com/watch?v=OCSdpCvM6u4 (page consultée le 5 janvier 2016).

18 Ibid.

20 Correspondance par courriel, réponse du 9 janvier 2016.

21 Dont nous avons fait une première fois état en février dernier (2016), lors des deuxièmes rencontres des Anthro-Pau-Logiques organisées par le laboratoire ITEM de l’université de Pau et des Pays de l‘Adour.

22 Nous ne sommes ainsi pas gamer, nous désertons complètement les réseaux sociaux et nous utilisons YouTube essentiellement pour de la recherche liée aux documentaires…

23 Et pas uniquement les médias dits « sérieux », d’où le nécessaire recours dans certains cas à des sources qui peuvent, à minima, détonner (au sens propre) dans un papier écrit par un anthropologue. Ce que nous assumons totalement, au moins autant que ne le fait le sociologue Philippe Corcuff dans son recours régulier à la culture populaire – séries et polars notamment (par exemple, Corcuff, 2015).

24 Si ce n’est le coût de l’abonnement internet et de l’électricité, mais passons.

25 Le prolétariat du web est, quant à lui, on ne peut plus réel…

26 Là encore, nos affirmations sont nettement empiriques et s’appuient sur l’environnement immédiat de nos enfants, mais nous pensons qu’elles peuvent se généraliser.

27 Que nous n’idéalisons pas plus : la famille n’a jamais été un rempart aux pires atrocités ni au capitalisme.

28 Bien dans l’air du temps décomplexé : la rencontre entre le ministre de l’économie Emmanuel Macron et Cyprien en est une preuve –massue s’il fallait en chercher une (Schneidermann, 2016).

Laisser un commentaire